I. Introduction
Ce rapport donne un aperçu des activités réalisées dans le contexte du programme de lutte contre l’exploitation économique des écoliers en milieu scolaire dans le territoire de FIZI, à partir des résultats tirés sur le terrain lors de la mise en œuvre du présent programme. Il est destiné aux parents, aux défenseurs des droits des enfants et aux agents de vulgarisation, ainsi qu’aux différents bailleurs de fonds qui ont soutenu depuis plusieurs années les actions de protection de ces enfants dans les pays du Sud, précisément en République Démocratique du Congo, RDC. Ces informations fournies pour faciliter le respect des droits de milliers d’enfants Africains et de la RD Congo, en particulier.
2. PRESENTATION DE L’ORGANISATION
Actions sans frontières « AFRO » est une initiative des techniciens en
développement rural tous diplômés de l’Institut Supérieur de Développement Rural (ISRD/BUKAVU). Créée depuis 2008 après enquête, étude et analyse des besoins exprimés par les communautés rurales. Elle est de droit congolais et a son siège social dans le territoire de Fizi, avec un bureau de liaison à Bukavu au 186 Av. P.E Lumumba, province du Sud-Kivu. Actions Sans Frontières a pour principale mission de promouvoir le développement intégral et intégré des communautés rurales.L’ASBL s’investit dans divers domaines : Education/formation, droits de femmes et de l’enfant, multimédias, environnement et agriculture.
C’est aussi cette association qui milite pour l’égalité de chances entre les ruraux et les habitants de milieux urbains pour le développement locale. Elle travaille par et pour les jeunes, désœuvrés et diplômés à encourager et accompagner les initiatives locales destinées à promouvoir le développement, l’environnement, l’agriculture, l’éducation de base, l’information et l’économie de famille de plus pauvres dans les milieux ruraux enclavés ainsi que des initiatives locales des jeunes et des femmes, et cela grâce aux moyens conséquents récoltés ou disponibles localement dans le milieu.
Chaque année, Actions Sans Frontières sensibilise et mobilise les éducateurs, les parents et les jeunes dans la lutte contre l’utilisation des écoliers dans le milieu scolaire et contre la déforestation dans leur milieu, cas du village Kibanga, Karamba et Kazimia en territoire de Fizi. Notre association travaille avec une équipe de 7 personnes, dont 3 femmes.
Actions Sans Frontières est la structure qui lutte pour un accès équitable des écoliers aux sources d’informations dans leurs milieux, et jouit aussi d’une bonne expérience en matière de formation/apprentissage des métiers -fabrication de savon locale, élevage et au renforcement de capacités des petits producteurs ruraux en techniques agricoles. Avec son feuillet d’information qu’elle produisait dans le temps, cette structure avait réussi à regrouper plus d’agriculteurs dans deux coopératives.
Au niveau provincial (Sud-Kivu) AFRO est membre de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile en République Démocratique du Congo, www.ndsci-rdc.com qui est une société civile militante. Et qui combat pour le changement de mentalité de population, pour la consolidation de la démocratie en RD Congo. Cette structure œuvre pour le bien être de la population en général et de la promotion des droits de jeunes et de personnes de troisième âge. Elle regroupe en son sein, des associations et personnes physiques membres. C’est dans une de ses pièces qu’Actions Sans Frontières exerce ses activités.
Au niveau local, AFRO est en étroite collaboration avec d’autres
associations qui travaillent dans le domaine agricole, environnement, à savoir Association des rebrousseurs du bushi et regroupement des écologistes(ARBRE), initiative paysanne pour le développement social et la conversion économique (IPDSCE), Cercle de réflexion pour la promotion de la paix-environnement et l’agriculture  »CRPPEA »,
actions pour la révolution et la protection de la nature (ARVPN), appui aux initiatives pour le développement endogène « AIDE ». Actions sans frontières jouit aussi d’une bonne expérience en matière de gestion et exécution des projets.
II. Contexte du programme de lutte contre l’exploitation économique des écoliers en milieu scolaire dans le territoire de FIZI.
A l’instar des autres territoires de la province du Sud-Kivu, le territoire de Fizi a été affecté par les guerres à répétition à l’Est de la RDC. C’est une zone où il y a une activité régulière des groupes armés. Cette situation a des conséquences sur tous les domaines de la vie et principalement le domaine économique et social.
De ce fait, malgré la gratuité de l’enseignement primaire et le droit à l’éducation des enfants reconnus par la constitution ainsi que le droit d’être protégé de toutes formes d’exploitation et d’atteinte à l’intégrité physique en vue de garantir le développement harmonieux de l’enfant reconnus par la constitution, la loi n°09/001 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant et les instruments juridiques internationaux ; dans le territoire de Fizi, le constat était alarmant.
En effet, suite à l’économie informelle et la pratique agricole rudimentaire, les parents ne sont pas à mesure de supporter les frais scolaires de leurs enfants. Ceci entraine la soumission des enfants écoliers à des pires formes de travail pour le compte de leurs enseignants pendant et/ou après les heures des cours notamment les travaux lourds des champs de plusieurs hectares, la recherche des bois de chauffe dans le forêt malgré la situation sécuritaire volatile liée aux activités des groupes armés, la rec. Ceci entraine les conséquences sur la santé, la croissance, la sécurité et l’épanouissement de l’enfant et constitue un obstacle réel et une entrave à une éducation scolaire de qualité. Cette situation rends difficile les conditions d’études des écoliers et occasionnent des échecs. L’inégalité de chance entre un enfant écolier vivant dans le milieu enclave demeure une réalité. Un enfant rural n’a pas la chance de célébrer même une journée internationale de l’enfant et cela est du par le manque d’information et peu d’intérêt accordé par l’enseignant et les responsables d’établissement. Ce phénomène est bien réel dans les milieux ruraux enclavés. Voilà pourquoi, AFRO a initié une campagne de sensibilisation sur la lutte contre l’exploitation économique des écoliers en milieu scolaire depuis septembre 2014 dans les 4 secteurs que comptent le territoire de Fizi.
II. a. Objectifs de la campagne
– Objectif global : sensibiliser la communauté locale sur les droits et les devoirs des enfants.
– Objectifs spécifiques :
 Vulgariser les instruments juridiques nationaux et internationaux de protection des droits des enfants ;
 Elaborer des outils de formation et d’information des communautés locales sur les droits des enfants ;
 Identifier et former les leaders locaux en vue de la constitution des comités communautaires sur la problématique des droits des enfants ;
 Sensibiliser les comités des parents et les enseignants sur la lutte contre l’exploitation économique des enfants ;
 Mener les activités de plaidoyer et lobbying auprès des autorités scolaires et des coordinations des écoles.
III. METHODOLOGIE DE LA CAMPAGNE
L’approche d’intervention d’AFRO dans le territoire de FIZI c’est un animateur de terrain par secteur et les comités communautaires par groupement. Les animateurs de terrain sont des parajuristes et points focaux d’AFRO dans les 4 secteurs du territoire de Fizi.
Ces comités communautaires sont constitués des leaders locaux qui ont été formés sur la protection des droits des enfants et l’approche psychosocial des enfants. Ces comités ont pour rôle essentiel de sensibiliser et conscientiser les autres membres de leur communauté sur la lutte contre l’exploitation économique des enfants dans le milieu scolaire mais aussi le cas échéant de documenter, dénoncer et alerter sur des cas d’exploitation économique des enfants en milieu scolaire. Ils jouent un rôle très important de relais d’informations entre les communautés et la Nouvelle Dynamique de la Société Civile. Ils sont composés de 12 personnes avec à son sein un noyau exécutif composé d’un président, un vice-président, un secrétaire, un conseiller et un trésorier.
VI.ACTIVITES REALISEES
Les travaux d’enquête sur le terrain effectué entre mars et aout 2014 sur la problématique d’exploitation économique des enfants en milieu scolaire abordées avec les enseignants, les gestionnaires d’écoles, les écoliers et inspecteurs d’écoles ont relevé les causes suivantes :
– La négligence du secteur de l’éducation en termes de budget de l’Etat ;
– La non mécanisation de plusieurs enseignants ;
– La prise en charge défectueuse des enseignants par les parents ;
– L’ignorance de l’éthique et la déontologie des enseignants ;
– Les traditions et coutumes.
C’est ainsi que AFRO s’est proposé d’organiser un bon nombre d’activités en vue d’améliorer la situation de départ dont un atelier de formation des animateurs de terrain et l’ensemble de son staff sur la protection de l’enfant, 4 sensibilisations dans les écoles primaires en raison d’une école par secteur et 4 forums publics en raison d’un forum par secteur.
A. De l’atelier de formation du staff et des animateurs de terrain AFRO
L’atelier a eu lieu du 25 au 27 janvier 2015 dans les locaux de l’association PROXIMEDIAS LIBRES à Bukavu.
Elle a porté sur la protection de l’enfance.
Les thématiques suivantes ont été abordés : « Les droits de l’enfant, la protection de l’enfance, protection des enfants en situation d’urgence, les besoins psycho-social des enfants, les techniques d’animation sociale en milieu rural, la protection et sécurité dans le travail de sensibilisation ».
Les intervenants étaient les experts dans le domaine de protection de l’enfant notamment un avocat près la Cour d’appel de Bukavu, deux formateurs en éducation et protection des organisations non gouvernementales, AL – AMIS SANS FRONTIERES DU CONGO (ASFCO) et de l’ONG APPUI AUX INITIATIVES POUR LE DEVELOPPEMENT ENDOGENE (AIDE). (Pour plus de détails voir Rapport atelier).
B. Des sensibilisations dans les écoles primaires
Les sensibilisations dans les écoles se faisaient en 2 étapes. La première étape concernait le corps d’enseignants et le comité des parents, la deuxième concernait l’ensemble d’élèves. Elles prenaient deux après-midis successifs soit vendredi et samedi. Les thèmes abordés avec les enseignants et les membres du comité des parents étaient la protection de l’enfance ainsi que l’éthique et la déontologie professionnelle.
Les élèves quant à eux ont été informés et sensibilisés sur la loi n°09/010 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant qui reprend les droits et devoirs des enfants.
Ci-dessous le tableau synthétique des résultats de sensibilisations.

Période Ecoles Secteurs Nombre d’enseignants Corps administratif
2014-2015 EP Lwata Ngandja 25 5 45
2014-2015 EP Lwata Ngandja 11 3 35
2014-2015 EP kavumbwe Ngandja 15 9 49

C. Des forums publics sur la protection de l’enfant
Précédés par la mobilisation des masses en collaboration avec les leaders locaux, chefs des villages et groupements, les forums sur la protection de l’enfant ont eu lieu dans des lieux publics et ont porté sur la vulgarisation de la loi de 2009 portant sur la protection de l’enfant. Les animateurs ont insisté sur la lutte contre l’exploitation économique des enfants. Chaque forum a eu lieu dans tous les 4 secteurs le dimanche en raison des activités agricoles, professionnelles et génératrices des revenus pour les habitants. Les témoignages des plusieurs écoliers par rapport aux contraintes qu’ils rencontrent sur leur chemin.
Ces forums ont été exécutés par les animateurs de terrain en collaboration avec le chargé de la campagne et une fiche technique de rapportage a été élaborée pour chaque forum.
Ci-dessous le tableau synthétique de forums publics
Période Secteurs Lieu du forum Nombre de participants Tranche d’âges

15 – 24 ans 25 – 35 ans 36 ans et plus
2014-2015 Babwari Karamba 105 24 39 42
2014-2015 Ngandja Sebele 201 42 52 107
2015-2016 Ngandja Kibanga 97 17 36 44
2015-2016 Mutambala katanga 65 29 27 9

A l’issue de ces forums, des comités communautaires sur la protection de l’enfant ont été constitués. Ils ont pour tache essentielle de mener des sensibilisations sur la lutte contre l’exploitation économique de l’enfant ainsi que de documenter et rapporter des cas d’exploitation économique des écoliers dans leurs milieux.
D. Du plaidoyer et lobbying au près des gestionnaires d’écoles.
Nous avons dans le cadre de cette campagne rencontré les gestionnaires pour que ces derniers facilitent le processus de contrôle physique et mécanisation des enseignants des fins fonds de Fizi auprès de la SECOPE et du ministère de l’éducation.
I. DES DIFFICULTES RENCONTREES
Dans la mise en œuvre de cette campagne de lutte contre l’exploitation économique des écoliers, nous nous sommes heurtés à plusieurs difficultés :
– Le manque des ressources financières, en effet, AFRO a mené cette campagne avec des ressources financières propres collectées auprès de ces membres. Ceci a entrainé la non expansion de la campagne dans tous les groupements tels que voulu au départ.
Notons que les animateurs travaillent comme bénévole, ce qui entraine une baisse de motivation et une prestation de moindre qualité
– Les difficultés logistiques et techniques, ceci est lié par la difficulté d’accès aux contrées lointaines par manque des moyens de mobilité. Aussi, les animateurs ont des limites dans le domaine d’éducation, d’où la nécessité de les outiller et les former de manière continue.

II. DES PERSPECTIVES
AFRO veut entreprendre dans chaque groupement, des actions de sensibilisation en amont et en aval incluant tous les acteurs et sujets :
 Le rôle des parents dans la lutte contre l’exploitation économique des écoliers (projet encours) ;
 Le rôle des enseignants qui sont à la fois auteurs et éducateurs (projet encours) ;
 Le rôle de l’Etat pour réprimer de tels actes ;
 Le rôle de la société civile (les organisations œuvrant dans le domaine de l’éducation et droits de l’homme) ((projet encours avec le soutien des organisations partenaires) .
En outre, AFRO se propose de mobiliser les masses c’est-à-dire toute la population de Fizi (parents, écoliers, enseignants, gestionnaires, les gouvernants). Pour cela, AFRO voudrait :
 Utiliser des outils de communication de masse : un partenariat avec la radio publique et les radios communautaires devra être développé au moyen des émissions radiodiffusées ;
 Utiliser les panneaux publicitaires placés sur des places publiques ;
 Organiser des pièces théâtrales et saynètes sur l’éducation (lutte contre l’exploitation économique des écoliers) ;
 Organiser des ballais culturels sur la protection de l’enfant ;
 Organiser des concours sur le thème en direction des écoliers et élèves.
Pour y arriver, AFRO entend rechercher les partenaires pour appuyer la campagne et l’élargir sur tous les territoires de la Province du Sud-Kivu.
Fait à Fizi, le 16 juin 2016.
ACTIONS SANS FRONTIERES