Bukavu, le 23 septembre 2016

LETTRE OUVERTE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO : « Brisez le silence et épargnez-nous des morts de plus et du chaos »

A Son Excellence M. Joseph KABILA KABANGE
Président de la République Démocratique du Congo (Avec l’expression de nos hommages les plus déférents)
À KINSHASA/GOMBE

Excellence Monsieur le Président de la République,
Nous avons l’insigne honneur de vous saisir encore une fois, en vertu du droit constitutionnellement nous reconnut de nous adresser à vous, en vue de vous exprimer tout haut et en toute sincérité ce que beaucoup de congolais disent tout bas, par crainte ou par manque d’opportunité de vous atteindre.

Excellence Monsieur le Président de la République,
La République Démocratique du Congo, notre cher et beau pays, se trouve aujourd’hui à un tournant très décisif de son histoire politique. A moins de cent jours de la fin de votre deuxième et dernier mandat, la situation socio-politique ne fait que s’aggraver. Tous les signaux et indicateurs sont au rouge. Des massacres des civils dans la région de Beni, des soulèvements populaires un peu partout au pays comme à Kasumbalesa dans la Province du Haut Katanga, à Kavumu et Misisi en Province du Sud-Kivu ; la hausse vertigineuse du taux de change avec des graves répercussions sur le panier de la ménagère…rien ne semble marcher dans notre pays. Les derniers évènements de Kinshasa ce 19 et 20 septembre, avec plus de 50 morts et des centaines de blessés, constituent une véritable illustration de ce climat de tension que traverse notre pays. Encore une fois, des paisibles citoyens ont payé de leurs vies pour revendiquer une cause noble : la sauvegarde de la démocratie et de l’un de leurs droits fondamentaux, à savoir celui de se choisir librement leurs propres dirigeants. Tout en condamnant avec la dernière énergie tous les actes de vandalisme et de destructions méchantes des biens publics et des particuliers, la NDSCI et la coalition RDC de la campagne internationale Tournons la page pour une alternance démocratique en Afrique, pensent que ces évènements et bien avant, ceux de janvier 2015 (à Kinshasa, Goma, Bukavu, etc.), loin d’être perçus comme un fait anodin ou une simple entreprise des petits voyous (comme l’affirment à tort et sans raison, certains de vos collaborateurs), devraient vous interpeller et vous pousser à une bonne et profonde introspection. Vous amener à réfléchir et à vous remettre en cause. Vous pousser à briser le silence et à parler à votre peuple. Vous pousser à comprendre le message que vous lance vos concitoyens, dans leur grande partie et qui n’est autre que celui de vous demander de respecter la constitution, cette constitution adoptée au referendum populaire à plus de 90% et qui a été promulguée par vous-même.

Excellence Monsieur le Président de la République,
Avec plus de sept millions de mort déjà, le peuple congolais ne voudrait plus voir ce chiffre effroyable s’alourdir. Un seul mort en est de trop, Excellence. C’est encore possible de sauver des meubles et d’épargner à notre pays le spectre d’un cycle infernal de violence et du chaos qui se profile à l’horizon.
Et, vous êtes la personne la mieux indiquée pour nous éviter tous ces problèmes. Voilà pourquoi, Excellence Monsieur le Président de la République, la Nouvelle Dynamique de la Société Civile en République Démocratique, NDSCI – CHUNVI YA CONGO, organisation pilote de Tournons la page en RDC, qui est une structure citoyenne regorgeant en son sein une centaine d’organisations membres et des plusieurs dizaines de milliers de membres personnes physiques éparpillés sur l’ensemble du pays et même à l’étranger, a résolu de vous saisir afin de vous dire qu’il n’est jamais tard pour bien faire. La NDSCI et à travers elle, ces millions de congolais qui sont jaloux de leur souveraineté, pense que c’est encore possible de vous ressaisir en vous décidant une fois pour toute de partir à la fin de votre deuxième et dernier mandat. Certes, pareille décision n’est pas facile à prendre au vu de la gloire, de l’honneur et des richesses que procure la fonction du Chef de l’État, mais il nous semble qu’un sursaut d’orgueil patriotique et un dépassement de soi au profit de la Nation congolaise, notre patrimoine commun, est encore possible de votre part, Excellence.
Voir le CONGO avant de voir tout intérêt personnel et partisan devrait caractériser chacun de citoyens congolais en général et vous les dirigeants en particulier. Pareille décision vous élèverait et vous ferrait entrer par la grande porte dans l’histoire du monde entier et la Nation congolaise toute entière vous resterait reconnaissante à jamais. Le contraire vous obligerez à porter toute la responsabilité de tout ce qui arriverait à notre pays et votre conscience en souffrirait toute votre vie sur cette terre des hommes où sommes tous passagers.

Excellence Monsieur le Président de la République,
Permettez-nous de terminer notre adresse en invitant votre Excellence à privilégier la paix et la cohésion nationale au détriment de la politique de la vengeance et de la terre brulée. Nous vous exprimons ici nos craintes légitimes de voir aggraver la situation si vos services de sécurité et la justice poursuivaient sur cette lancée très dangereuse de chasse aux sorciers et harcèlement de toutes les voix discordantes.

Tout en espérant que vous vous laisserez guider par la voie de la sagesse et que vous privilégieriez la Nation congolaise au-delà de votre égo, nous vous prions de croire, Excellence Monsieur le Président de la République, en l’expression de nos sentiments patriotiques.
Pour la NDSCI et TLP,

Jean-Chrysostome Kijana,

Président National et Coordinateur-pays.