Tel que annoncé à l‘issue de la première rencontre tenue au Bureau du Maire de Bukavu en date du mardi 4 Juillet 2017 soit 90 jours après dépôt de la pétition contre le Maire ; il s’est tenu ce mardi 11 Juillet 2017, une tripartite qui a mis autour d’une même table, l’hôtel de ville, la SNEL et la Société Civile (NDSCI, BCSC et les mouvements citoyens).
Un seul point était au menu :
• La problématique de la taxe sur l’éclairage publique.
Des échanges, il s’est dégagé ce qui suit :
– C’est depuis 2007 que la SNEL (Société Nationale d’Electricité) perçoit une taxe à diverses et variantes dénominations sous prétexte d’éclairage public ;
– Depuis Janvier 2017, cette taxe est réapparue sur les factures des abonnés sous une dénomination illégale de taxe provinciale ;
– En vertu de l’ordonnance loi n°13/001 du 23 Février 2013, la taxe sur éclairage public est d’une exclusivité de la ville ;
– Qu’il règne un flou artistique et plusieurs manœuvres qui avoisinent le détournement des deniers publics de la part des certains services techniques de la Mairie (Bureau Urbain de la Mairie, en l’occurrence) ;
– Que certaines questions vitales échappent à l’autorité urbaine, ce qui dénote d’une certaine irresponsabilité si pas complaisance de sa part ;
– La SNEL se trouve débordée et incapable de fournir le service de qualité à ses clients qui, s’acquittent, pourtant, de toutes les factures et de fois, sans avoir consommé l’énergie ;
– L’inexistence d’un compte spécial qui devrait en principe loger les fonds provenant de cette taxe, l’argent du contribuable se volatilisant et finissant ainsi sa course dans les poches des individus, ce qui est inadmissible et nécessite réparation judiciaire.
Au vu de la gravité du problème, les résolutions suivantes ont été prises :
1) La mise en place d’une commission ad hoc pour bien comprendre les tenants et les aboutissants de cette question et établir les responsabilités des uns et des autres et saisir la justice le cas échéant pour que les coupables ne restent pas impunis.
Cette commission se compose de la manière suivante :
• Ministère Provincial de l’énergie : 1 personne
• Mairie : 2 personnes
• Mouvements citoyens : 1 personne (LUCHA)
• BCSC : 1 personne
• NDSCI : 1 personne
2) Le dialogue social dans le cadre de la redevabilité reste permanent et ouvert à tout le monde en ce qui concerne d’autres griefs contenus dans la pétition.

Ainsi fait à Bukavu, le 11 Juillet 2017
Les signataires,
LUCHA,
REVEIL DES INDIGNES
NDSCI-CHUNVI YA CONGO