Chers compatriotes, après avoir fait le tour des différents axes de la ville de Bukavu et ses périphéries pour un constat de terrain, dans la journée ‘ville morte’ de ce mardi 02 aout 2017 décrétée par les forces vives, sociales et politiques du Sud-Kivu, il faut se féliciter du calme constaté sur le terrain.
Par ce geste, nous avons prouvé à la face du monde que la population congolaise n’est plus naïve ni dupe, elle est mature et déterminée à recouvrer sa dignité longtemps piétinée par une minorité de dirigeants véreux et égoïstes qui ne se soucient que de leurs intérêts mesquins. Le lundi 31/07/2017, vous avez bravé la peur en répondant massivement à notre manifestation pacifique et non violente. En dépit des balles réelles tirées à bout portant contre des citoyens non armés et pacifiques, vous avez su maintenir le cap.
Chers compatriotes, ni les balles réelles ni les lacrymogènes, rien ne saura nous arrêter dans notre combat légitime et citoyen pour l’Etat de droit et la démocratie dans notre pays. Ils peuvent nous tuer, mais ils ne nous tuerons pas tous. Ceux et celle qui vont persister reconnaîtrons en vous des bons et loyaux citoyens. Brisons donc la peur et soyons toujours prêts à revendiquer notre dignité et notre mieux-être, même ceux qui nous persécutent en nous tirant dessus à balle réelle devraient se rappeler que personne ne sortira vivant de cette terre. Nous avons aussi une pensée pieuse à l’endroit de tous ces braves citoyens qui ont été victimes de la barbarie policière : soyez rassurés que nous n’allons pas vous abandonner. Pour terminer, nous voudrions dire à nos compatriotes sous le drapeau, notamment les éléments de la PNC, qu’ils n’ont aucune raison de s’attaquer à leurs semblables et compatriotes.
Au vu de la précarité et misère inouïe dans lesquelles ils croupissent, ils devraient défléchir à sept reprises avant de s’affronter à leurs frères et sœurs. Chers policiers, vous venez de cette société qui est la notre à nous tous. Vous avez des femmes et enfants qui souffrent au tant que nous. Vous devez éviter de vous comporter en des bourreaux de vos frères et sœurs. N’oubliez pas que vous n’êtes pas tenus d’exécuter des ordres manifestement illégaux et mal donnés. Vos actes actuels de barbarie vous poursuivront jusqu’au bout et vous comportant de la sorte, vous vous exposez et vous mettez même en danger vos familles respectives. N’oubliez surtout pas que la ‘’tyrannie n’a pas d’amis’’. Retenez aussi que vous avez à faire aujourd’hui à une génération de congolais qui sont déterminés à lutter jusqu’au sacrifice suprême pour leur dignité, une génération qui a refusé de se résigner et qui est prête à tout. Retenez enfin que vos actes de barbarie ne resteront jamais impunis. Aujourd’hui ou demain, vous rendrez des comptes.
Chers compatriotes, par rapport à la poursuite des actions, nous tenons à vous informer que nous n’allons pas nous arrêter à mi-chemin, les forces vives, sociales et politiques vont se renforcer d’avantage et nous allons continuer à les harceler pour retrouver notre dignité. Nous continuerons à faire les villes mortes, la désobéissance civique et autres actions jusqu’à ce que les dirigeants, la majorité présidentielle et alliés comprennent que les citoyens congolais ne sont pas prêts à payer la facture de la non organisation des élections en décembre 2017et de la dictature.
Nous disons bravo aux activistes des droits humains, aux militants de partis politiques, aux opérateurs économiques, aux motards, aux chauffeurs de transport en commun et à l’ensemble des populations de Bukavu et des territoires qui continuent de suivre nos mots d’ordre.
♯ Debout congolais♯
NDSCI-CHUNVI YA CONGO