Il s’est tenu ce dimanche 15/04/2016 dans la salle Mater Dei, une assemblée générale de victimes de l’escroquerie de la Coopec Imara. À l’invitation du comité de crise des victimes de cette institution de micro – finances et sous la facilitation de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC, NDSCI, près de 500 membres ont répondu présent à ce grand rendez-vous. Le Président du comité de crise, M. Amuri Kandolo a présenté à l’assemblée la situation actuelle de leur institution. Il en est ressorti que la solution, bien que promise à plusieurs reprises par les autorités, se fait toujours attendre. Pour sa part, le Président National de la NDSCI, Jean Chrysostome Kijana a présenté le bilan du plaidoyer mené par sa stricture auprès des décideurs. C’est notamment auprès du Directeur de cabinet du Président de la République, le ministre national des finances, celui du plan et les hautes autorités de la Banque Centrale du Congo, dont son Gouverneur. De tous ces plaidoyers, des promesses d’un règlement rapide de cette crise qui n’a que trop durer. De ces plaidoyers, certaines missions ont été diligentee à Bukavu et ont eu à travailler avec le comité de crise accompagné de la NDSCI. Un protocole d’accord entre les deux parties a même été conclu et signé. Fort malheureusement, en dépit de toutes ces promesses, rien de concluant n’a été trouvé et à ce jour aucun membre n’a été remis dans ses droits. Après des échanges très nourris, l’assemblée a pris la ferme résolution de poursuivre sans desamparer la lutte pacifique à travers des actions citoyennes de grande envergure jusqu’à recouvrer leurs droits. Au même moment et pour des raisons évidentes, l’assemblée a décidé de saisir par assignation la justice contre la banque centrale du Congo et l’État congolais. Ainsi donc, à l’unanimité, il a été décidé l’organisation d’une mega marche pacifique de revendication, ce vendredi 20/04/2018. Cette grande marche partira du rond point major Vangu en passant par le point ISP-Nyawera place Mgr Munzihirwa – Feu rouge – parquet général – Cabinet du Gouverneur. À l’issue de cette marche, l’assignation en justice sera déposée officiellement par le collectif d’avocats de victimes auprès du Procureur Général près la Cour d’Appel et un mémo déposé entre les mains de l’Autorité Provinciale. Trois semaines après, soit le 07/05/2018 un sit-in indéterminé de nuit et de jour sera organisé devant les installations de la Banque Centrale du Congo, direction du Sud-Kivu, garante de l’épargne publique. Pour rappel c’est depuis 5 ans que plus de 9000 membees de la Coopérative d’épargne et de crédit Imara ont été victimes de l’escroquerie de la part de responsables de cette Coopec en complicité avec l’autorité de régulation qu’est la bcc et à travers elle, l’État congolais. Près de 12 millions de dollars ont ainsi été volé en toute impunité. Regrettons aussi des graves conséquences dues à cette situation de crise, dont de dizaine de cas de décès, plusieurs foyers disloques, des enfants et jeunes contraints d’abandonner leur cursus scolaire et académique, de nombreux entrepreneurs obligés de cesser avec leurs activités commerciales. Pour Jean Chrysostome Kijana, ce n’est qu’au prix d’un combat citoyen que les victimes peuvent être remises dans leurs droits. D’où son appel à leur mobilisation tous azimuts en se débarrassant de la peur et en faisant preuve de citoyenneté responsable. Un bon citoyen c’est celui qui connaît ses obligations et droits et qui est en mesure de les revendiquer lorsque ces derniers sont foulés aux pieds. @NDSCI