CONFERENCE DE PRESSE DE LA NOUVELLE DYNAMIQUE DE LA SOCIETE CIVILE EN RDC, NDSCI.

Bukavu, le 09 mai 2018

Mmes et Mrs de la Presse, Bonjour,

Nous sommes très ravis de vous recevoir ce jour dans ce magnifique cadre de l’Hôtel Blue Sky ici à La Botte en Commune d’Ibanda.

Nous avons pensé vous entretenir ce jour autour de plusieurs points saillants du moment, c’est notamment :

  1. La situation confuse autour du domaine dit « Fond Social de la République » :

Depuis un temps, la province du Sud-Kivu en général et la ville de Bukavu en particulier connait une véritable hémorragie foncière orchestrée par certains responsables administratifs et politiques. Des espaces du domaine public de l’Etat sont spoliés en toute impunité, ces spoliations vont même jusqu’aux cimetières où nos morts ont du mal à se reposer en paix et où les vivants et les morts se disputent les espaces.

Une question qui attire particulièrement notre attention ce jour c’est la question du domaine dit « Fond Social  de la République ». L’opinion locale et nationale avait suivi les différents épisodes et désordres qui ont caractérisé cette question.  Ce domaine de l’Etat a été vendu   aux citoyens par le Gouvernement de la province du Sud-Kivu sous la houlette de l’Ex Gouverneur de Province, M. Marcellin CISHAMBO et ce, sans le respect des règles en la matière. Il s’en est suivi  plusieurs péripéties. L’Opinion  garde encore à l’esprit l’implication particulière de notre organisation dans ce dossier, notamment cette émission très engagée de Paix et Développement sur les antennes de radio Maendeleo entre le Président National de la NDSCI et le Directeur de cabinet du Gouverneur Cishambo, le Professeur Séverin MUGANGU. L’opinion garde encore à l’esprit les déclarations et annonces tapageuses  du Ministre national de l’Urbanisme et Habitat, M. Koko NYANGE.

Il y a sous peu, l’opinion a suivi la publication d’un arrêté pris le même ministre désaffectant cet espace et remettant dans leurs droits, les compatriotes acquéreurs dans ce domaine.  Un arrêté qui a même subi une récupération politicienne sans pareille. Et notre organisation avait accueilli ledit arrêté avec beaucoup de réserves, connaissant bien les modes de fonctionnement peu orthodoxes qui caractérise nos dirigeants.

Et voilà aujourd’hui notre crainte vient d’être confirmée. En effet, c’est depuis ce lundi  07 mai qu’une forte délégation conduite par le Directeur de  cabinet du Ministre KOKO NYANGE séjourne à Bukavu dans le cadre d’une commission ad hoc instituée pour statuer sur le dossier Fond Social. Alors que les compatriotes acquéreurs de bonne foi s’étaient acquitté en toute responsabilité de leurs obligations en  achetant régulièrement leurs parcelles, nous sommes scandalisés de constater que la mission venue de Kinshasa exige à tous les acquéreurs de payer de nouveau leurs parcelles. La plus petite de parcelle devant payer 10000$. Une véritable nouvelle mission kamikaze venue cueillir ou récolter l’argent auprès des citoyens en transformés en vaches laitières.

Pour la NDSCI ces nouvelles exigences ne constituent ni plus ni moins qu’un rançonnement de plus et   invite tous ces compatriotes à ne pas céder à ces caprices et vols de plus de ces dirigeants  égoïstes : ne pas payer aucune somme  dépourvue de soubassement juridique. S’il y a des taxes à payer, celles-ci doivent être basées sur un soubassement légal bien connu.  Nous invitons aussi ces compatriotes à saisir la justice afin que leurs bourreaux soient exemplairement sanctionnés.

Et par ailleurs, la NDSCI continue à se demander la part qu’a bénéficié le trésor public lors de cette vente. Et   étant donné que cela a  été fait sans le respect des normes et exigences en la matière, la NDSCI exige que les auteurs de ces fautes soient déférés en justice afin qu’ils répondent de leurs actes, c’est notamment l’ancien Gouverneur de Province Marcellin CISHAMBO, son Directeur de Cabinet, Professeur Séverin MUGANGU ainsi que leur commissionnaire principal M. Sylvain qui devrait d’ailleurs se trouver en prison actuellement, cela servirait d’exemple à tous ces kuluna en cravate, spécialistes en spoliation d’espaces publics.

Dans la même lancée, la NDSCI fustige de nombreuses ingérences et failles des responsables de la justice en Province, particulièrement l’Auditeur Supérieur Près la Cour Militaire du Sud-Kivu, le Colonel Roger WAVARA. Ce dernier se

distingue dans des magouilles sur plusieurs dossiers fonciers dans la ville de Bukavu. Lui-même impliqué dans plusieurs dossiers sales de spoliation d’espaces publics, notamment au triangle de Nyofu du côté de l’Hôtel la Roche et de la petite partie au-dessus de l’OCC  sur Industrielle où il s’est personnellement interposé et opposé aux démolitions ordonnées par le Maire de la Ville sur instruction du  Gouverneur de Province affirmant que plusieurs grandes personnalités de la Province auraient leurs lopins sur cet espace. Ces constructions menacent sérieusement la route d’Uvira, dernièrement réhabilité sous le règne du Gouverneur CISHAMBO. Au vu de tous ces dossiers sales et tant d’autres, reconnus notamment même le Ministre d’Etat en charge de la justice par sa lettre NR : 0784/RM1018/KN/CAB/ME/MIN/JU – GS/2018 du 03 mai 2018, la NDSCI et d’autres forces vives de la Province se résolvent dès ce jour par des actions citoyennes d’envergure d’exiger le départ pur et simple de l’Auditeur Supérieur WAVARA. Ainis nous disons « WAVARA MustGo ».

  1. De la poursuite de la campagne « TUKINGE MBOBERO » :

La NDSCI réaffirme encore à la face du monde que  tout ce qui se passe à MBOBERO est illégal et arbitraire. Toutes ces démolitions et expulsions forcées constituent des graves atteintes aux droits des citoyens. Ces violations de droits l’homme ne devant pas rester impunis et n’ayant pas confiance aux instances judiciaires au vu des acteurs impliqués dans cette question la NDSCI s’est résolu de saisir les mécanismes juridictionnels africains et internationaux. C’est dans cette optique qu’elle a officiellement saisie le cabinet de la Procureur de la Cour Pénale Internationale. Mme le Rapporteur spécial des NU au droit au logement  a également été saisie. Il en est de même de la Représentante Spéciale des  NU en RDC, Mme Laila Z. Une délégation de la NDSCI se rend au courant de la semaine prochaine auprès de la Commission Africaine aux Droits de l’Homme et des Peuples pour la même cause.

Des titres établis au nom du citoyen Joseph Kabila à notre possession ( Vol. FKW 09 Folio 85 SR 350 d’une superficie de Cinq Ha, Sept Ares, Vingt-neuf centiares, quarante-neuf centième. Vol. FKW 09 Folio 86 SR 215 de SPET Ares, Nonante sept Centiares, septante quatre centièmes ; Vol.FKW 09 Folio 87 SR 217 de 143 Hectares, 47 ares, 22 centiares, 29 Centièmes ; Vol. FKW 09 Folio 88 SR 13de 49 Ha ? 12 ares, Onze Centiares, 72 Centièmes ; Vol. FKW 09 Folio 89 SR 8 de Deux hectares, dix-sept ares, vingt-trois centiares, dix-sept centièmes) l’ont été sur base de graves manipulations, dont des menaces et intimidations à l’encontre des géomètres et autres responsables de services

fonciers. Les actuelles limites de ce qu’on dit appartenir au Président Kabila sont largement au-delà de ce qui devrait lui revenir. Ainsi toutes les portions de terre qui entouraient la concession de Michaux plus la concession URUKI ont été récupérées. Ils sont allés aujourd’hui jusque dans le village de MBIZA ou 32 parcelles ont aussi été  touchées sur la concession KANYAMBYALI en Groupement de KAGABI. Vont-ils aussi nous dire que la concession Michaux arrivait jusqu’à MBIZA ?

La NDSCI dénonce par la même occasion toutes les machinations et autres menaces qui sont quotidiennement proférées à l’endroit de ses animateurs en général et de son Président National en particulier. Elle réaffirme sa ferme détermination à poursuivre avec son combat citoyen jusqu’au sacrifice suprême et met en garde toutes ces personnes qu’elle a bien identifié déjà et leur annonce que des actions contre elles seront bientôt être lancées.

La NDSCI invite l’ensemble de la population à continuer à signer en masse la pétition mise en circulation depuis une semaine et qui va nous servir de soubassement dans les différentes actions en justice internationale.

Elle invite le Président de la République à revenir à des sentiments plus humains et remettant dans leurs droits ses concitoyens chassés et mis dans la rue. Rien au monde ne pourrait justifier pareilles injustices et cet esprit satanique qui caractérise nos dirigeants.

D’autres actions de grande envergure sont aussi dans nos laboratoires, notamment la poursuite de nos campagnes de sms à l’endroit de différentes autorités impliquées d’une ou d’une autre manière dans ce dossier.

  1. Divers
  2. Situation politique (campagne de rajeunissement de la classe politique) : la NDSCI invite la population à demeurer vigilante et prête à exiger la tenue des élections selon le calendrier de la CENI. Salue et encourage la campagne de rajeunissement et renouvellement de la classe politique en cours actuellement et invite les jeunes à se lancer et exprimer leurs ambitions dans la course aux différents mandats électifs.

Solidarité avec les DDH en détention (cas de Carbone BENI) : condamne la persistance de la répression qui s’abat sur les DDH, acteurs de mouvements citoyens et autres de la société civile. Nous avons une pensée particulière à l’endroit des collègues militants pro démocratie en

  1. détention actuellement sur toute l’étendue de la République. Particulièrement notre collègue et ami CARBONE BENI en détention arbitraire et qui est sérieusement malade. La NDSCI condamne toutes ces violences et encourage tous les militants à ne point céder. Elle exige la libération de tous les détenus d’opinions en vue d’une véritable décrispation pour des élections que nous voulons réellement transparentes, libres, démocratiques et apaisées.

 

Pour la NDSCI,

Jean Chrysostome KIJANA

 

Présiden National