COMMUNIQUE DE PRESSE NDSCI/DN/59/DEC. 2018 RELATIF AU PROCESSUS ELECTORAL EN COURS EN RDC

« Le peuple veut les élections : épargnez-nous de vos théâtres et autres manœuvres dilatoires…»
La Nouvelle Dynamique de la Société Civile en République Démocratique du Congo, NDSCI-CHUNVI YA CONGO, a appris par la voie des ondes l’incendie aux origines non encore connues qui vient de consumer un des entrepôts de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, à Kinshasa aux environs de 2 heures du matin ce 13 décembre 2018.
La NDSCI, est profondément préoccupée par cette catastrophe qui intervient à dix jours de la tenue des élections tant attendues par le peuple congolais. Elle craint que cet acte ne rentre dans la série de manœuvres politiciennes et dilatoires cherchant à retarder la tenue des élections en cette fin d’année. Elle met donc en garde tous les camps en présence qui s’aventurerait à priver le peuple congolais de son droit légitime de se choisir en toute liberté et transparence ses dirigeants.
La NDSCI, invite les autorités congolaises, en charge de la sécurité du processus électoral à tout mettre en œuvre afin que toutes les vérités soient connues autour de ce mystérieux incendie.
La NDSCI réitère son appel à la CENI lui invitant à communiquer en toute transparence sur les défis logistiques auxquels elle fait actuellement face et qui sont la résultante de son obstination et refus de tout soutien venant des partenaires internationaux, dont la MONUSCO. Cette attitude de la CENI et du gouvernement congolais serait lourde des conséquences en cas de non tenue des élections aux dates initialement prévues et/ou en cas des élections bâclées.
La NDSCI rappelle son attachement à la tenue des élections réellement libres, crédibles, transparentes et apaisées. Elle n’accepterait pour rien au monde des mascarades électorales et des parodies d’élections.
La NDSCI déplore aussi avec grande inquiétude des cas récurrents d’entraves à la liberté de mouvement dont sont victimes certains candidats et dont des réunions publiques sont violemment réprimées. Elle condamne ainsi les dérapages et cas de violence observés à Kindu, Lubumbashi et Kalemie, ayant entrainé même des morts d’hommes. Le Congo n’a plus besoin de continuer à compter les morts parmi ses filles et fils.
Elle condamne avec force tout discours haineux, divisionniste et faisant l’apologie de la violence. Elle réitère son appel à toutes les forces vives, politiques et sociales à promouvoir la paix, la cohésion nationale et la non-violence. Oui, aux élections, mais non à la violence avant, pendant et après les élections.
Elle invite la population congolaise dans son ensemble à demeurer très vigilante en cette période cruciale de l’histoire politique de notre pays et à rejeter avec patriotisme tout appel à la violence, d’où que ça provienne.
Pour la NDSCI,
Jean Chrysostome KIJANA,

Président National