PRESENTATION DU PRESIDENT NATIONAL DE LA NDSCI A LA CONFERENCE DE PRESSE D’INSTALLATION DU BUREAU et DE LANCEMENT DE SES ACTIVITES DANS LA VILLE-PROVINCE DE KINSHASA

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs de la presse de Kinshasa, 

C’est pour moi un grand honneur et un réel plaisir de m’adresser à cette crème savante des  chevaliers  de  la  plume,  du  micro  et  de  la  caméra  que  vous  êtes  à  l’occasion  de l’installation  du  bureau  de  la  Nouvelle  Dynamique  de  la  Société  Civile  en  RDC,  laquelle ouverture  consacre  ainsi  le  lancement  officiel  de  nos  activités  dans  cette  grande mégapole  congolaise  qu’est  la  ville-Province  de  Kinshasa,  notre  belle  capitale.

Permettez-moi,  au  nom  de  tout  le  staff  dirigeant  et  membres  de  la  NDSCI,  de  vous témoigner  notre  profonde  gratitude  d’avoir  accepté  de  répondre  positivement  à  notre invitation. Nous en sommes très honorés et flattés.

Chers  partenaires  de  la  presse,  permettez-moi  de  commencer  par  vous  présenter  en   quelques mots la NDSCI.

En effet, la Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC, NDSCI – CHUNVI YA CONGO, NDSCI – MUNGWA YA CONGO, est une des actuelles grandes faitières de la société civile      congolaise. Elle a été créée en novembre 2013 par un groupe d’organisations de la société civile.

Pourquoi une nouvelle société civile alors qu’il en existait déjà une si pas deux ou trois, pourrait certainement être une de vos préoccupations. Certes qu’il y en a eu qui ont existé bien avant elle, mais cela ne pourrait pas empêcher aux citoyens soucieux de redorer l’image ternie de la société civile congolaise de songer à mettre en place une nouvelle faitière, surtout que cet acte ne fait qu’aller dans le sens de la loi congolaise et ne l’enfreint en rien ! Et comme son nom l’indique si bien, la NDSCI est une nouvelle dynamique dont la motivation principale de sa création est l’éloignement de plus  en  plus  criant  de  la  société  civile  congolaise  de  sa  principale  mission  originelle, à   savoir  la  canalisation  des  aspirations  des  citoyens  aux  dirigeants  politiques,  sans  tenir compte de leurs appartenances ni couleurs politiques.

Face à une société civile de plus en plus politisée, une société civile prise par beaucoup comme un tremplin pour accéder à des responsabilités publiques, notamment politiques, il  nous  est  apparu  plus  que  nécessaire  de  mettre  en  place  une  nouvelle  faitière  de  la       société civile qui essayera de faire autrement, de faire de la société civile un instrument utile  à  la  communauté  par  son  accompagnement  et  même  au  pouvoir  politique  par  ses idées/propositions  constructives  en  vue  de  l’amélioration  des  conditions  de  vie  des citoyens.

  De la vision de la NDSCI :

La NDSCI voudrait voir un Congo où règnent la justice distributive, la démocratie, la bonne gouvernance et l’état de droit.

  De la mission de la NDSCI :

Notre faitière se fixe pour mission principale l’accompagnement du peuple congolais dans le processus de changement des mentalités en vue d’une citoyenneté plus responsable.

  Des domaines clés d’intervention de la NDSCI :

  1. Démocratie et bonne gouvernance ;
  2. Mobilisation citoyenne ;
  3. Justice et Droits de l’homme ;
  4. Justice sociale et économique ;
  5. Plaidoyer et protection.

  Du rayon d’actions de la NDSCI :

La NDSCI est une organisation aux dimensions nationales. Elle a pour vocation de couvrir l’ensemble du territoire national.

Actuellement,  son  siège  national  se  trouve  au  N°159,  AV.  Patrice  Emery  LUMUMBA,  à Nyawera, dans la Commune d’Ibanda, Ville de Bukavu, Province du Sud-Kivu à l’Est de la République Démocratique du Congo.  Elle est aussi présente dans les provinces du Nord-Kivu, Maniema, Haut Katanga, Lualaba, Lomami, Ituri,…Et aujourd’hui dans la ville-province de Kinshasa.

  Des quelques grandes actions de la NDSCI :

Sur le plan de la démocratie et de la bonne gouvernance, la NDSCI se retrouve sur toutes les  lignes  de  front  pour  que  ces  deux  valeurs  soient  une  réalité  dans  notre  pays.  C’est dans  cette  optique  qu’elle  a  joué  un  grand  rôle,  aux    côtés  d’autres  forces  vives  et          sociales,  dans  le  combat  pour  l’alternance  démocratique  dans  notre  pays.  Plusieurs    manifestations,  marches,  sit-in,  organisés.  Plusieurs  lettres  et  autres  messages  d’alerte adressés aux dirigeants politiques leur rappelant la nécessité du respect des prescrits de notre loi fondamentale, la constitution. C’est notamment suite à son engament sans retenu dans le combat pour la démocratie que la Nouvelle Dynamique de la Société Civile s’est vu confié, à travers la modeste personne de votre humble serviteur, la coordination en RDC du collectif international « Tournons la Page ».

Sur le plan des droits de l’homme, plusieurs plaidoyers ont été réalisés dans le souci de promouvoir  et  protéger  les  droits  de  l’homme  ainsi  que  les  victimes  de  toutes  sortes d’abus  et  violations  de  leurs  droits.  Des  milliers  de  vulnérables  abandonnés  ont  été        assistés et accompagnés par la NDSCI. C’est dans cet angle d’idée que s’inscrit le combat de la NDSCI dans ce qui revient d’appeler ici « affaire MBOBERO ». Mbobero qui est une petite bourgade située à plus ou moins 10 km du centre-ville de Bukavu et où depuis 2016, la  population  de  cette  contrée  vit  à  couteau  tiré  avec  le  président  Kabila,  aujourd’hui     Président  honoraire.  Pour  cause,  un  différend  foncier  qui  oppose  les  deux  parties.

En dépit de la sensibilité du dossier, la NDSCI s’y est résolument engagée. Et ceci lui a même valu plusieurs soucis et malaises sécuritaires.  Sur le plan du plaidoyer et mobilisation citoyenne, la NDSCI est en train d’abattre un grand travail  dans  le  processus  électoral  en  cours  dans  notre  pays.  Nos    actions  visent essentiellement  à  mener  un  monitoring  permanent  dudit  processus,  mais  aussi  à          sensibiliser,  éduquer  les  masses  sur  les  élections  et  exigences  de  la  démocratie.

Plusieurs  campagnes  ont  ainsi  été  menées  durant  ce  processus  et  bien  avant  lui.        C’est notamment :

  La campagne « mon vote c’est mon pouvoir, mon vote c’est mon avenir » ;

  La campagne « j’aime mon pays, je paie la taxe et j’exige la redevabilité » ;

  La campagne « ne touchez pas à ma constitution » ;

  La  campagne  « Zéro Elu Réelu »,  campagne  qui  fait  grincer  les  dents  du  côté  des      anciens  élus  déméritant  des  législatives  passées  qui  ont  été  lamentablement sanctionnés par les citoyens ;

  La campagne « je vote, je reste » ;

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs de la Presse,

Comme vous le savez bien, notre pays, la RDC souffle un vent de changement à partir de la passation des pouvoirs intervenue le 24 janvier dernier.  Étant une société civile de renouveau, qui ne se confond pas à l’opposition politique et qui ne se laisse pas manipuler par les détenteurs du pouvoir, la NDSCI mène actuellement, en plus  des  campagnes  précitées,  une  nouvelle  campagne  nationale  « CONGO  NI  YETU WOTE »,  « CONGO  YA  BISO  NYONSO »  (  le  Congo  est  à  nous  tous).  Cette  dernière  campagne  qui  est  nationale  est  la  conséquence  du  grand  fossé  existant  entre  une  très   petite minorité qui vit dans l’opulence totale et une très grande majorité de la population vivant dans la misère qui n’a plus de nom.

Chers chevaliers,

Comment comprendre que dans un pays aussi riche que le Congo qu’un ministre ou un parlementaire  touche  plus  de  15.000$  et  qu’un  enseignant  ou  un  policier  -naturellement commis à la sécurité dudit parlementaire- touche difficilement 80 à 100$ ? Cet écart aussi criant ne peut qu’orchestrer des frustrations et mettre ainsi en mal la solidarité nationale qui devrait nous caractériser.

Ainsi  face  à  ce  tableau  si  sombre  et  aux  indicateurs  rouges,  et  dans  le  souci          d’accompagner  et  encourager  les  nouvelles  autorités  à  prendre  des  décisions courageuses allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des citoyens, la NDSCI  a  lancé  cette  campagne  accompagnée  d’une  pétition  en  circulation  depuis  deux semaines dans plusieurs coins de la République et sur la toile. Cette pétition exigeant la réduction du train de vie des autorités au bénéfice des petits citoyens connait une grande adhésion citoyenne et est signée en masse. Adressée au Président de la République, SE Félix A. TSHISEKEDI TSHILOMBO, ladite pétition lui sera officiellement remise un de ces jours. Nous profitons de vos micros, bics, blogs et caméras pour lancer un vibrant appel à toutes les couches sociales de la population congolaise à s’approprier ce combat citoyen afin que le peuple congolais recouvre sa dignité et bénéficie des richesses et ressources de notre pays.

Profitons de ce vent de changement pour quitter la résignation, l’auto flagellation, l’auto anesthésie  et  refuser  l’humiliation  nous  imposées  des  décennies  durant :  « Le  peuple  congolais  mérite  mieux  que  ça.  Et  c’est  possible  si  et  seulement  si  ce  peuple  prend      conscience de son état et se décide de revendiquer ses droits ». C’est aussi possible pour nos  nouvelles  autorités  d’y  parvenir.  Et  pour  ce  faire,  il  suffit  qu’elles  mènent  une  lutte sans merci contre les antivaleurs qui gangrènent au plus haut sommet notre pays. C’est notamment : la corruption, le détournement des deniers publics, le clientélisme, le coulage des recettes de l’État, le tribalisme,…tout ceci couplé à une certaine orthodoxie financière, les autorités nouvellement élues sont en mesure de gagner ce pari.

Dans la même lancée de campagne, la NDSCI se propose de mener des grands plaidoyers pour la révision de  certaines dispositions « non fermées » de la constitution et de la loi électorale.  Ces  deux  instruments,  regorgent  de  plusieurs  dispositions  qui,  au  lieu  de      bénéficier à l’ensemble de la population, ne profitent qu’à une certaine catégorie, celle des dirigeants.

Des  dispositions  qui  favorisent  l’immoralité  politique.  Ce  qui  se  passe  aujourd’hui  dans nos assemblées provinciales avec la corruption à ciel ouvert pour les élections indirectes des  gouverneurs  et  sénateurs,  devrait  nous  interpeller  tous  et  amener  le  législateur      congolais  à  corriger  de  telles  pratiques.  Le  peuple  congolais  n’a  pas  élus  ses représentants pour qu’ils monnayent leurs voix, mais pour qu’ils accomplissent leur tâche avec honneur et ferme dignité !

Pour  la  NDSCI,  les  élections  des  gouverneurs  de  Provinces  et  des  sénateurs  devraient aussi être faites au suffrage universel direct.

Elle  note  et  persiste  que  celle  de  la  présidentielle  doit  aussi  rester  universelle  directe. Aucune  tentative  de  la  faire  passer  du  direct  à  l’indirect  sous  prétexte  de  son  coût  exorbitant ne devrait jamais être admise ni par les congolais présents, encore moins par ceux à venir.

Fait à Kinshasa, le jeudi 21 février 2019.

Pour la NDSCI-CHUNVI YA CONGO, MUNGWA YA CONGO,

Jean-Chrysostome KIJANA

 

Président National