Dans un communiqué nous parvenu ce lundi, les victimes promettent de reprendre les actions des grandes envergures.

« Comme vous le savez, nous étions en discussion avec la délégation du sénateur Kabila pour trouver une issue à ce problème. Des discussions qui ont abouti à l’élaboration et la remise d’un cahier de charge au Pasteur Théodore Mugalu, Le chef de sa maison civile et chef de file de la délégation. Dans ce cahier nous avions donné 30 jours au sénateur Kabila pour répondre à nos desiderata. Ayant fait sourd d’oreilles, nous allons reprendre donc notre lutte, une lutte pacifique et non violente jusqu’à ce que justice soit rendue », nous a confié Monsieur Joseph Zahinda, Président des victimes.

Par ailleurs il regrette le silence coupable ou complice dans les chefs de plus d’un. «  Ça fait plus de deux ans que la population de Mbobero vit ce calvaire lui imposé par l’intouchable ancien Président. Ce qui se passe n’est inconnu de personne. Dommage que personne n’ose le dire ou la vérité. Sûrement quand ça sera tard, certains hypocrites et malhonnêtes diront qu’ils ne savaient pas. Comme il était temps, nous demandons l’implication de tous pour sauver ce qui peut l’être encore », demande-t-il !

Voici l’intégralité du communiqué :

COMMUNIQUE OFFICIEL

Nous, Comité des Victimes des démolitions des maisons de Mbobero et Mandataires (les vrais), portons à la connaissance de l’opinion tant nationale qu’internationale qu’après deux jours de négociations avec la délégation envoyée par l’ancien Président de la République Démocratique du Congo au sujet du conflit foncier qui l’oppose à la population victime des démolitions méchantes des maisons du 02 au 03 mai 2019 à l’hôtel Panorama.
Ladite négociation a abouti à l’élaboration et la remise dun cahier des charges des victimes à la délégation du Président honoraire conduite par le chef de sa maison civile, le Pasteur Théodore Mugalu.
Il a été conclu que la suite à notre cahier des charges devrait nous parvenir 30 jours après. Jusque-là, rien n’est fait. Par contre, la population continue à subir des exactions de tout genre des éléments  de la Garde Républicaine, de la Police Militaire,… commis à sa parcelle
C’est ainsi que nous portons à la connaissance de tout le monde qu’à partir de ce jour, nous reprenons les actions de grandes envergures jusqu’à recouvrer nos droits.
A cet effet, nous demandons :
Aux deux personnes de Mbobero qui, bien que n’ayant ni qualité ni mandat de la population, ont signé l’acte du 30 avril dans la salle Kaningu, communément appelé « Accord de Kaningu » et que nous qualifions d’ailleurs « d’Accord obscur » ou « d’Accord entre le sénateur Kabila et ses partisans », messe noire qui est à la base des conflits familiaux à Mbobero et de la méfiance des Chrétiens aux Pères Barnabites qui ont sacrifié les intérêts de leurs fidèles pour leurs propres intérêts égoïstes, de bien vouloir retirer leurs signatures afin que la paix revienne à Mbobero.
Nous demandons aux organisations de défense des droits de lhomme et à toute personne éprise de justice de se joindre à la NDSCI pour nous accompagner dans cette lutte.

Et à la NDSCI, seule organisation de défense des droits de lhomme qui nous accompagne, nous le demandons de continuer à nous accompagner dans nos revendications pacifiques jusqu’à ce que nous soyons remis dans nos droits.
A la Police Nationale, d’encadrer toutes nos manifestations qui ne visent que le rétablissement dans nos droits légitimes et notre bien-être en tant que citoyens de ce pays.
Nous prenons les députés tant provinciaux que nationaux à témoin parce qu’ils sont déjà informés et étant les vrais plaideurs des desiderata des populations aux décideurs et autres personnes éprises de bonne volonté d’accompagner notre plaidoyer pour une solution durable aux desiderata des victimes de spoliation des terres, de démolitions des maisons et tueries à Mbobero.
Fait à Mbobero, le 30 juin 2019

Liste des signataires :

A. Pour les mandataires,

1. LUFUNGULO MPARANYI,

Président

2. BAGUMA KAMEME,

Porte-Parole

3. BARUBANDIKA ZIHALIRWA,

Mandataire

4. CUBAKA SHINDANO,

Mandataire

5. NDAGANO MBASWA,

Mandataire

6. KASHEBERA SHAMAMBA,

Mandataire

7. CHAMUKENGE Juvénal,

Mandataire

B. Pour le Comité des victimes,

1. ZAHINDA Joseph,

Président

2. MUNGUAKONKWA Déogratias,

Secrétaire

3. Judel MUDERHWA,

Secrétaire Adjoint

4. MWAMINI MUGISHO

Membre,

5. KITO CIZIMIYA,

Membre