COMMUNIQUE DE PRESSE N°32/NDSCI/DN/AUG/2019 RELATIF AU GOUVERNEMENT Sylvestre ILUNGA ILUNKAMBA

 « Le peuple attend beaucoup de vous… »

La Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC, NDSCI – CHUNVI YA CONGO, a suivi avec attention soutenue la publication du tout premier gouvernement du quinquennat du Président Félix TSHISEKEDI intervenue ce 26 août aux petites heures de la matinée, après plus de sept mois de longue attente.

La NDSCI tient avant toute chose à féliciter les heureux nominés, toutes tendances confondues et leur assure son engagement à cheminer avec eux à travers un accompagnement citoyen responsable afin de marquer d’un cachet tout spécial leur passage au gouvernement congolais.

Elle réitère ses inquiétudes quant à la nature éléphantesque et budgétivore de ce gouvernement. La NDSCI craint qu’avec 66 membres couplé aux habituels cabinets pléthoriques, que la grande part du budget national risque d’être bousillée à ce niveau et le peuple se contenter des miettes jetées par-dessous des tables. Ce qui contredirait ostensiblement la maxime : « le peuple d’abord », chère à son Excellence Monsieur le Président de la République. La NDSCI estime qu’il était possible de réduire sensiblement ce gouvernement en fusionnant certains départements et supprimant ces répétitions inutiles avec des ministres près d’autres ministres.

La NDSCI note avec satisfaction la prise en compte de l’une de ses demandes et celle de la plus grande partie de la population à savoir l’écartement, à quelques exceptions près, de tous les grands dignitaires du régime Kabila qui ont contribué 18 ans durant à la misère du peuple congolais et salue l’intégration des nouvelles figures dans cette équipe gouvernementale.

Elle note et déplore toutefois la présence de certains anciens responsables politiques sur lesquels pèsent des sérieux indices de détournement, malversations financières et hémorragies foncières dans l’exercice de leurs précédentes fonctions publiques et d’autres qui ont du sang sur leurs mains suite à des massacres commis lors des différentes rebellions à l’Est de la République. Ayant fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille, le Président de la République devrait être plus regardant à ce sujet.  La NDSCI qui garde encore à l’esprit les différents conflits crées dans plusieurs entités décentralisées, ne comprend pas la reconduction de la même personne au ministère de la décentralisation et réformes institutionnelles.

Elle note aussi la légère avancée observée dans l’intégration de la femme et des personnes à mobilité réduite. Elle invite, toutefois, le Président de la République à poursuivre sur cette lancée jusqu’à atteindre la parité consacrée par l’article 14 de notre constitution.

La NDSCI constate aussi avec grande désolation la consécration par le Président de la République de la mauvaise pratique anti-démocratique de dédoublement des partis politiques. Par cet acte, le Président de la République viole tous ses engagements pris lors de sa campagne et au début de son mandat, notamment celui de ne jamais cautionner des vielles méthodes autocratiques de son prédécesseur et actuel allié.

La NDSCI rappelle à l’ensemble des nominés que le peuple congolais attend beaucoup d’eux. Ce peuple qui a longtemps souffert voudrait les voir se mettre au service de la Nation et non au service d’individus et de leurs intérêts égoïstes.

Les défis étant immenses, tous les indicateurs au rouge, la NDSCI les invite à un sursaut patriotique afin que le changement tant attendu soit vécu par l’ensemble de la population congolaise. Aucune excuse ne leur serait accordée et le peuple congolais qui n’est plus du tout dupe, y veillera à travers une participation et un contrôle citoyens responsables.

Dans le souci de viser l’excellence et lutter contre les vielles pratiques, notamment de corruption, gabegies financières, détournement, clientélisme, tribalisme,…la NDSCI invite le Président de la République et le Premier Ministre à instaurer un système d’évaluation trimestriel de chaque membre du gouvernement sur base d’un contrat de performance avec des objectifs clairs, bien identifiés et mesurables que chacun d’eux devrait signer avant son entrée en fonction. Ce n’est qu’à ce prix qu’on peut espérer voir le Congo renaître.

Et pour finir, la NDSCI invite le Premier Ministre à annuler, toutes affaires cessantes, le décret de son prédécesseur, Bruno Tshibala accordant des faveurs injustifiées aux membres de son gouvernement.

Dans la même logique et par souci de quitter des simples slogans vers le concret, la NDSCI invite le Président de la République à ordonner un audit sans complaisance du gouvernement sortant. Le même exercice doit être fait aussi dans les provinces. Et ça serait lutté contre la corruption.

Ainsi fait à Bukavu, ce 26/08/2019

Pour la NDSCI,

Jean Chrysostome KIJANA,

 

Président National