La Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC, NDSCI – CHUNVI YA CONGO, vient de lire la copie du communiqué du Département américain du Bureau du Contrôle des Actifs Etrangers (OFAC) du département du Trésor des États-Unis relatif aux sanctions infligées aux entreprises MINOTORIE DU CONGO (MINOCONGO), PAIN VICTOIRE (principale boulangerie de la RDC) et TRANS GAZELLE (société de transport routier), propriété du sujet libanais SALEH ASSI, et œuvrant sur le sol congolais depuis plusieurs années. Ses sociétés financent les activités terroristes du mouvement Hezbollah, mouvement qui sème terreur et désolation aux paisibles citoyens congolais dans la partie Est du pays en général, à Beni en  particulier.

Selon le communiqué du département du Trésor américain, « le Hezbollah continue d’utiliser des entreprises apparemment légitimes comme sociétés écrans pour lever et blanchir des fonds dans des pays comme la RDC où il peut utiliser la corruption et les relations politiques pour obtenir un accès injuste aux marchés et échapper aux impôts ».

Eu égard à ces graves accusations, tout en saluant les premières mesures prises par le gouvernement congolais, notamment le gel des avoirs de l’incriminé, la NDSCI exige la fermeture pure et simple et sans délai des sociétés MINOCONGO, PAIN VICTOIRE et TRANS GAZELLE car les vies de nos concitoyens à BENI en dépendent.

La NDSCI invite le gouvernement congolais, à travers le Fond de Promotion de l’industrie à prendre des mesures idoines de soutien immédiat aux nationaux œuvrant dans le secteur du pain afin de suppléer à la fermeture des établissements de ce financier du terrorisme.

La NDSCI réitère son appel à la solidarité nationale des organisations de la société civile, des mouvements citoyens, des confessions religieuses, des partis politiques, tous courants confondus, à s’approprier la campagne « Je suis Beni – Mon argent ne peut pas financer la mort de mes frères – Je n’achète plus le pain victoire – je n’achète plus les produits de MINOCONGO – Je ne voyage plus avec TRANS GAZELLE » et à participer activement à la marche citoyenne qui sera organisée dans les jours qui suivent pour dénoncer  haut et fort la présence sur le sol congolais des sociétés qui financent la mort de nos concitoyens.

La NDSCI appelle les instances judiciaires de la République à se saisir d’office de ce dossier pour faire prévaloir les lois de la République.

Au département du Trésor américain, la NDSCI appelle à renforcer et élargir les sanctions contre les sociétés précitées pour soutenir  les efforts du gouvernement congolais dans ses efforts pour lutter contre le terrorisme et la corruption afin de créer un secteur financier prospère et transparent qui attire les investissements étrangers.

La NDSCI rappelle encore à la face du monde que ce qui se passe à BENI n’est rien d’autre que du terrorisme, œuvre des djihadistes. Elle lance encore une fois, un appel pressant à l’endroit de la communauté internationale afin de saisir avec la même détermination de ce nouveau foyer du terrorisme comme cela est fait un peu partout à travers le monde où ces djihadistes sèment la mort et la désolation.

Se voulant un État de droit, la République Démocratique du Congo, notre pays, doit combattre avec la toute dernière énergie les antivaleurs dont le blanchiment des capitaux et la corruption susmentionnés dans le communiqué.

Ainsi fait à Lubumbashi, ce 16 décembre 2019,

Pour la NDSCI,

Jean Chrysostome KIJANA,

Président National