COMMUNIQUÉ DE PRESSE N°92/NDSCI/DN/JUILLET/2020 RELATIF AUX MENACES DES QUELQUES MILITANTS « ZÉLÉS » DU PPRD CONTRE LA NDSCI APRÈS LE DÉPÔT DE LA PLAINTE DES VICTIMES DE MBOBERO, MBIZA ET MARAIS DE MURHUNDU À CHARGE DE L’ANCIEN PRÉSIDENT JOSEPH KABILA.

« Loin de nous faire peur, vos menaces ne font qu’accentuer notre détermination » !

La Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC, « NDSCI-CHUNVI YA CONGO », est non seulement sidérée par les messages de menaces de certains sbires du PPRD Sud-Kivu contre la NDSCI et ses animateurs après le dépôt de la plainte des victimes de Mbobero, Mbiza et marais de Murhundu à charge de l’ancien Président de la RDC et Sénateur à vie SE Joseph KABILA; mais, elle est aussi contente d’avoir pris connaissance par la voie des ondes de l’annonce d’une certaine plainte contre elle et son Président National, l’imperturbable Jean-Chrysostome KIJANA, laquelle plainte serait l’oeuvre d’un groupe des jeunes gens s’habillant en des tenues presque militaires et qui se nomment « les gardiens d’un Temple » non autrement identifié et se réclamant du PPRD.

En effet, la NDSCI, Tournons la Page et les victimes de cette expropriation de terres et ces barbares démolitions des maisons à Mbobero, Mbiza et marais de Murhundu invitent et encouragent les initiateurs de ladite plainte d’aller jusqu’au bout et de le faire au plus vite.

Déterminés à accompagner ces vraies victimes, qui sont, par ailleurs, les initiateurs et signataires de la plainte contre le sénateur à vie SE Joseph Kabila, jusqu’au recouvrement de leurs droits les plus légitimes, ces menaces et l’annonce de cette plainte, au lieu de faire peur à la NDSCI et au collectif Tournons la Page-RDC, ne font qu’accentuer leur détermination à finir avec l’impunité de ces différents crimes commis à Mbobero.

Convaincue que dans un État de Droit aucun citoyen, fut-il Chef de l’État, n’est au-dessus des lois de la République et ne peut se permettre de violer les droits de ses concitoyens en dépit de ses prérogatives et qualité de Président de la République, nous continuons à faire confiance à notre justice pour rétablir les victimes de Mbobero dans leurs droits en toute indépendance.

Comme dit les fois passées, la plainte des victimes de Mbobero, Mbiza et marais de Murhundu est l’unité de mesure de l’État de Droit tel que prôné par l’actuel Président de la République !

La NDSCI invite enfin ses membres, les victimes et l’opinion publique tant nationale qu’internationale à l’apaisement et au calme. Le rouleau compresseur citoyen ne se laisse jamais intimider. Les agitations et menaces de ces sbires ne sont ni plus ni moins d’éloquentes preuves de culpabilité qui privent du sommeil ceux qui de loin ou de près se sentent touchés dans leur fort intérieur.

Ainsi fait à Lubumbashi, ce 06 juillet 2020.

Pour la NDSCI,

Gaspard KAHENGA,

_Vice-président National_