COMMUNIQUE DE PRESSE N°13/NDSCI/DN/03/2021 RELATIF A L’ASSASSINAT A BUKAVU D’UNE FILLETTE PAR UN POLICIER ET AU LANCEMENT DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE « 45 JOURS DE MOBILISATION CITOYENNE CONTRE LES VIOLENCES POLICIERES EN RDC ».

La Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC, NDSCI- CHUNVI YA CONGO, est très consternée par le crapuleux meurtre de Mlle AWEZAYE EZRA, âgée de 11 ans, fauchée par les balles d’un policier dans la soirée de ce mardi 09 mars 2021 au niveau de la Brasserie en Commune de Bagira dans la ville de Bukavu alors qu’elle rentrait de l’école.

La NDSCI condamne avec fermeté ce énième acte de barbarie de la police nationale congolaise, barbarie qui se généralise depuis plusieurs années et qui n’épargne aucune région de la République et l’impunité dont bénéficient les éléments de la police auteurs des violences et des meurtres des paisibles citoyens.

La NDSCI qui a exigé dès hier l’ouverture d’un procès en flagrance contre ce criminel, exige des sanctions sévères et exemplaires contre le policier incriminé dans le cadre du procès en flagrance qui s’est ouvert aujourd’hui au lieu du crime à la Brasserie à Bukavu.

La NDSCI exige par la même occasion le désarmement de la police en armes de guerre conformément à loi notamment à l’article 163 de la Loi n°13/013 du 1er juin 2013 portant statut du personnel de carrière de la police nationale.

Pour la NDSCI, cet acte de barbarie et toutes les autres violences qu’elle n’a cessé de décrier sont les conséquences de l’incorporation au sein de notre police nationale et au sein de l’armée de bandits et autres personnes sans foi ni loi à travers notamment les mixages et brassages et de l’échec des réformes des forces de sécurité et de défense nationales.

Au regard du caractère généralisé et systématique des violences policières dans toutes les régions de la RDC, la police étant devenue plus une force de terreur qu’une force de l’ordre en violation de la Constitution et des lois qui encadrent son action, la NDSCI, la NDSCI, société civile de participation faisant de la citoyenneté responsable et changement des mentalités son cheval de bataille, annonce le lancement ce lundi 15 mars 2021 d’une vaste campagne nationale dénommée « 45 jours de mobilisation citoyenne contre les violences policières en RDC ».

Pendant 45 jours, la NDSCI, en partenariat avec d’autres organisations de la société civile, les mouvements citoyens, les bons citoyens épris de justice et de sécurité, vont se mobiliser sur toute l’étendue de la République à travers des actions citoyennes de très grande envergure afin exiger des réformes majeures de la Police nationale, le retrait des armes de guerre entre les mains de la police comme le prévoit les lois de la République et la mise en œuvre sans faille du cadre légal qui réglemente l’action de la police nationale et la répression des violences policières.

La NDSCI rappelle que la mission de la police est la sécurité publique, la sécurité des personnes et de leurs biens, le maintien et le rétablissement de l’ordre public ainsi que de la protection rapprochée des hautes autorités (article 182 de la Constitution).

La NDSCI invite toutes les associations de la société civile, les mouvements citoyens et tous les citoyens congolais de se joindre à cette campagne pour l’intérêt de la Nation toute entière.

Une police violente et irresponsable est une menace grave contre la vie et l’existence de la Nation. Mobilisons-nous, la barbarie policière n’a pas d’ami. Le « peuple d’abord » doit avoir un sens concret et non être un simple slogan !

Ainsi fait à Kinshasa, ce 10 mars 2021,

Pour la NDSCI – CHUNVI YA CONGO,

Jean Chrysostome KIJANA,

Président National